L'Histoire des Pingouins

Épisode IX : Ta mère elle est prof de sprintf à WU

Malgré la diversité apparente des amusements qui semblent m'attirer, ma vie n'a qu'un objet : elle est tendue tout entière vers l'accomplissement d'un grand dessein. J'écris l'histoire des Pingouins.

Anatole France : l'ile des Pingouins

« Taaaaaiiiinnnn... Ça lagge à mort... On est pas prêts d'rentrer. On s'fait une chtite r00twar ? Â»

Karim « Vert-7 Â» et ses compagnons pétaient le feu aujourd'hui. Jean aurait quelque mal à les tenir. Faire son CVS était l'une des étapes « qui comptent Â» pour les jeunes rebelles, et les distinguaient à jamais du commun des bouseux, des rampants, des esclaves de l'E-Empire.

« Avant la Pelf' ? Â»

L'Ether était particulièrement encombré ce soir et la lourde cargaison de patates ralentissait les Crânes d'Oeuf sur le chemin du retour, pire qu'un soir de sortie du retour-du-fils-du-rehearsal-II de Mes Tallicaes.

« Il doit s'passer quelque chose en RL [2], c'est pas la finale ?
-- Haaaa, ça d'vait êt'ça, le châssis bleu bizarre qui hurlait Zizouhééé qu'on a croisé vers le Gix : repeint comme ça, de loin, j'le'prenais pour un Gétron. Ils ont pas la télé, ces boulets ? Dégagez d'ma bande, les nains en short, place aux Crânes d'Oeuf !
-- Ouaips, mais quand l'boulet a ach'té son PC multimed' à Carrouf à crédit, faut qu'ça serve. 160x100 à 3 fps, c'est trop top pour épater mAdAAme !
-- Warf warf, les sales vacances à E-Biza qu'il va s'payer avec les 150 heures de bouffe-bande gratosses ! Chais pas si on lui a dit, mais sur les vraies plages, ya d'la 3D à 150 fps mini !
-- Ouaips moi j'ai 150 fps sous gvim avec ma Savaj'Kibug. À la vitesse où j'pianote, maint'nant, c'est l'minimuuuuum sinon j'm'hallucine tout seul. Minimuuuum j'vous dis.
-- Ya le foot sur le net ?
-- Chuis sûr qu'y'a au moins 300 boulets qu'ont collé la webcam devant la télé avec leur tronche en prime ! Ta mère à la finale sur le net top délire !
-- Remarque, pour une fois qu'on rigolerait sur le ouaibe... Tant qu'à lagguer, on va ch'ter un oeil ?
-- Alors, c'te chtite r00twar ?
-- En plein Ether, ça craint pas un peu ? T'aurais pas gribouillé quelques scripts de tueur en loucedé toi ?
-- Ha ha... Lopette ! T'as peur de looser ta cargaison d'patates ?
-- Hmmm... Disons que chuis à court de recettes mangeables...
-- Ha... Alors là 'ffectiv'ment, j'hésite... Bon alors, on fait quoi ? paske là, c'est marrant, mais ya pu un POST à latter, de là à faire des rapprochements...
-- Ouaaah l'auuuuutt'abuse, hé j'connais au moins un mec sympa qu'aime le foot.
-- Et t'en connais combien des pas sympas ?
-- Chais pas, les pas sympas, j'les connais pas, pis... Â»

Une explosion brutale apparut soudainement sur leurs écrans. Dans le lointain, droit devant eux, une balise serveur, étoile pami tant d'autres, venait d'exploser. L'escadrille resta silencieuse un instant. Jean se prit à apprécier en son for intérieur cette situation qui replongeait les Crânes d'Oeuf dans l'univers d'angoisse et d'oppression qui favorise le respect naturel du chef d'escadrille.

« C'était quoi ça ? Â» demanda une voix anonyme.

Jean reprit, d'une voix calme, masquant mal quelque jubilation.

« Un DNS primaire : un vieil IPC qui avait tourné pendant des années. Il était Lame depuis qu'il n'était plus qu'à demi-nistré par un zélote de l'E-Empire, mais là, je crois qu'il a pris un gros gros plomb. Ce qui est con, c'est qu'on devait passer dans ce coin là pour chopper du code. Je crois qu'il va falloir passer en manuel. Quelqu'un a les coordonnées IP en tête ? Â»

« Négatif, Chef, mais nous avons des enregistrements en cache, datant d'une semaine : on se guide dessus ? Â»

Vert-4 avait réponse à tout. Un garçon discret, ce Vert-4. Compétent au demeurant, mais pas assez grande gueule pour faire un bon pilote. Un bon pilote, ça doit larter à tous vents, savoir beugler sous la hune comme un ours privé de miel, et pour ça, ça doit avoir une grande gueule. Jean se souvenait avoir entendu que les pilotes de cargos géants devaient maintenir l'ordre parmi des milliers d'yuzers (les passagers des cargos). Les Yuzers, c'étaient un peu comme avoir une cargaison de neuneux dans les soutes plus ou moins baillonnés mais horriblement désoeuvrés dans leurs cabines de luxe. Ils ne pensaient qu'à contourner toutes les barrières, mailer les plus gros fichiers possibles, consulter des sites pornographiques pleins d'applets Java bugguées, faire de l'irc au Tadjikistan, et emmerder les pilotes avec des problèmes stupides, ou pire encore, tenter de leur soutirer du quota disque par des méthodes plus déloyales les unes que les autres. Un enfer dans lequel seuls les plus vaillants survivaient par la ruse et parfois la simple brutalité.

« En théorie, il n'y a pas de raison pour qu'ils aient déplacé le dépôt. On essaie. Vert-7, tu vas prober un peu sur les coordonnées en cache et tu nous racontes.
-- Roger, Chef, je décroche et passe en approche. Â»

Karim, lui, était un vrai pilote, une véritable tête brûlée, qui aimait à poster furieusement, telle la rage incarnée des Grands Anciens elle-même sur les forums les plus divers, pour peu que leur nom contienne quelque mot sacré, tel « comp Â», « os Â», « unix Â», « réseau Â», « sécurité Â», qu'il y connaisse quelque chose ou non (quitte à fournir des réponses stéréotypées et hors-propos). Il entama franchement la manoeuvre et lança les paquets d'approche au plus près. Il manoeuvrait un peu maladroitement avec sa cargaison de patates bien chaudes, mais disposait de bien assez de RAM pour un simple probe. Un simple SYN suffirait.

« Chef ? Â» signala Karim « aucune réponse sur port ftp de l'IP pointée en manuel. J'ai reçu un ICMP_HOST_UNREACHABLE d'une source non-référencée dans mon cache. Quelqu'un connait l'IP source 219... Pzzzzzzttttttt Â».

Un ouragan de paquets venait de s'abattre sur Vert-7. L'Ether chauffait sous la tempête.

« Attention attention, Vert-4 à tous, Vert-7 vient de prendre un scan massif, type NMAP source inconnue variable réseau 219.66.1/24, Vert-7 a laissé échapper sa signature Etherale et des réponses smtp, apache, qpopper et... wu-ftpd. Â»

Vert-2 et 4 décrochèrent immédiatement, interfaces grandes ouvertes. Jean savait qu'ils étaient parmi les plus vifs à réagir face aux incidents anormaux, et lui-même regrettait soudainement de ne pas plus avoir étudié les techniques très spécialisées de débordement de buffers. Parmi les Crânes d'oeuf, peu encore se doutaient qu'un scan massif n'est jamais une bonne nouvelle.

« Vert-7, ici leader, je t'ordonne de déconnecter immédiatement : QU'EST-CE QUE TU FICHES avec wu-ftpd ?
-- Mais Chef, vous êtes taré, et mes patates ? J'vais pas lâcher mes sockets comme ça !
-- KARIM, BORDEL, déconnecte de suite ! Â»

Le silence fut seul à lui répondre.

« Chef, ici Vert-4, je viens de passer en promiscuous et le sonar snort nous signale une tentative d'exploit sur wu-ftpd : la signature d'attaque est très récente. J'observe de gros transits de paquets vers Vert-7 qui ne réagit plus.
-- Vert-3, ici Leader, contacte immédiatement le CaLUG et demande la déconnexion immédiate de Vert-7 sur le contrôle de routage : procédure d'urgence.
-- Heu ? Â» répliqua Vert-3.

« FAIS CE QUE JE TE DIS et signale leur que Vert-7 est probablement compromis ! Qu'ils envoient immédiatement un spécialiste en décontamination sur le châssis de Vert-7 ! Â»

« Compromis ? Â»

Jean soupira : « Plombé, vérolé ! T'es con ou quoi ? buffer overflow gain root access privilege, tu connais ? Â»

« Ha oui... Ok... On y va ! Â» et Vert-3 disparut dans un pflop.

« Merde, Chef, qu'est-ce qui se passe au juste ? Â»

Jean regrettait amèrement l'absence de Schoelcher. Ses doigts s'agitaient frénétiquement sur le clavier du mailer. Le chef aurait sû quoi faire, le chef savait toujours quoi faire, même avec un câble série et un minitel sur une Enterprise en feu. Il fallait espérer qu'il y avait un mec pas manchot de perm' sur le routeur CaLUG. Mais qu'est-ce qui avait pris Karim d'installer du code non-standard ?... Déjà que même le stable était loin d'être parfait, comme le signalait les chieurs de la Bugtraq. Mais il savait, et tout le monde savait, que le code WU n'était que pourriture, trous de sécu, et ce depuis des années. Il n'y avait que les infâmes Redhattes et Man Drake pour l'utiliser, ces distribes de pedzouilles feignasses (sous X !). Jean sentait qu'il était bon pour quelques tournées de recettes au retour... Voire pire. Le pire encore était de sentir qu'il n'était pas à la hauteur de la situation. Schoelcher lui broierait les couilles et le ferait affecter à jamais au récurage des debug logs Cisco.

« Leader, ici Vert-4, je me lance à l'arrière de l'intrus, sur le même exploit. Karim a été éjecté de la console. Pour l'instant je crois que je ne suis pas repéré. Souhaitez-moi bonne chance, cette fois, c'est r00twar pour de bon.
-- Vert-4, ici leader, ne joue pas au héros. Bousille l'interface, la glibc, le bootsector, ce que tu veux, et passe en init 6, mais fous-moi ce châssis au tas et tant pis pour le reste. Je viens de logguer ton châssis et te le ramène à bon port.
-- On pourrait faire plus fin, Chef.
-- C'est fini la finasserie, fils : là, c'est la guerre, la vraie.
-- Laissez tomber Chef. On est tombé sur un furieux : l'intrus attaque son disque direct par la device ! Reformatage direct : j'ai jamais vu ça. Le châssis va bientôt exploser. Je vous balance les dix premiers secteurs en copie et je m'éjecte. Rendez-vous au CaLUG. Â»

Jean vit arriver les quelques trames transportant les données receuillies par Vert-4. Très rapidement, il n'eut aucun doute : il s'agissait des premiers secteurs d'une partition principale Win2K. Jean tourna la tête vers le hublot et vit le châssis de Karim prisonniers d'un flux monstrueux de paquets, dérivant vers un fantastique châssis serveur émergeant de l'obscurité soigneusement entretenue par un coupe-feu PICS dernier cri. Personne n'avait jamais observé même un simple firewall logiciel dans le secteur. Il ne faisait désormais aucun doute que le secteur entier était tombé aux mains de l'E-Empire. Il importait sans doute d'avertir le CaLUG qu'un des petits recoins où quelques amis mettaient à disposition quelques miettes de ressources d'Ether avait désormais disparu.

Jean frissonna en pensant au destin des amis anonymes qui avaient jusqu'alors entretenu le petit dépôt de code de la Rébellion du secteur. Ceux qui ralliaient l'E-Empire dépensaient des fortunes pour s'acheter des logiciels d'agendas dernier cri, mais supportaient mal de savoir une infime partie de leurs ressources gâchées à entretenir « les loisirs de quelques glandeurs d'étudiants Â».

Personne n'ouvrit la parole sur le chemin du retour. Chacun espérait que Karim serait sain et sauf au CaLUG, éjecté d'urgence et rapatrié par le contrôle de routage. Quand au châssis... Ces salauds avaient l'oeil. Karim avait, par son formidable baratin, réussi à conserver l'une des plus puissants pessets du CaLUG. Mais de mémoire de CaLUG, jamais un rebelle n'avait subi un tel assaut en plein ciel.


[2]. « Real Life Â» : écosystème hors-charte.


Épisode précédent
Épisode suivant


Fiche mise à jour le mardi 18 mars 2003.