11 Jan 2012 01:08 - Fête : - Ordinateur : moyen conçu pour accélérer et automatiser les erreurs. Anonyme

 

Histoire Informatique

Les premières machines à calculer -- Les premiers ordinateurs -- Naissance des micro-ordinateurs -- Du PC à aujourd'hui
Tout les sujets -- Tous les titres

Les premières machines à calculer

1623: Première machine à calculer

Wilhelm Shickard (1592-1635) inventa la première machine à calculer qu'il nomma "horloge à calcul". Hélas, avant qu'elle ne soit envoyée à son utilisateur final, cette machine fut prise dans un incendie. Cette machine utilisait la force humaine comme énergie, ainsi que les engrenages et ne faisait que des additions et soustractions (seulement les nombres entiers). Aucune valeur n'était enregistrée.

C'est en 1957 qu'un certain Dr Franz Hammer fit la découverte qu'il existait,en 1623,une machine à calculer. Jusqu'alors, cette machine était restée inconnue. C'est dans la correspondance avec son auteur, Wilhelm Shickard, et son futur acquéreur, l'astronome Kelper, que cette machine était décrite.

Kelper ne la vit jamais. Le 25 février 1624, elle fut prise dans un incendie. Il se pourrait qu'il soit volontaire, étant donné les croyances de l'époque. Shickard est donc consideré comme le précurseur du calcul mécanique. C'est Blaise Pascal qui est l'inventeur de la machine à calculer, qui est d'ailleurs encore visible de nos jours.

1643: La Pascaline

Blaise Pascal (1623-1662) réalisa la Pascaline à seulement 19 ans, machine à calculer ressemblant à l'horloge à calcul de Shickard (Blaise Pascal ne savait pas qu'une telle machine avait été construite avant lui). Elle devait aider son père, alors intendant des Finances.

Cette fois-ci, la machine servit réellement et fut construite en plusieurs exemplaires pour être commercialisée. Il est donc considéré comme l'inventeur de la machine à calculer, sa machine étant visible (donc la preuve est apportée).

La pascaline permettait de faire des additions et soustractions facilement, les retenues étant gérées par un ingénieux système : le complément à 9. C'est l'utilisateur qui faisait fonctionner la machine à la main. Elle était composée d'engrenages. Elle pouvait même traiter les différentes unités monétaires ! Par contre Il fallait poser la machine bien horizontalement, elle dépendait de l'apesanteur. De plus, la machine ne pouvait calculer que des nombres entiers ( base 10 ).

Cette machine fut par la suite améliorée, notamment par Gottfried Wilhelm Leibniz qui ajouta la possibilité de faire des multiplications.

Plus tard, Niklaus Wirth créa un langage de programmation qu'il nomma Pascal en l'honneur de Blaise Pascal.

Un exemple du complément à 9 pour 715 - 518 : 999 - 518 = 481 On ajoute 999
715 + 481 = (1)196 + 1 = 197 On retire 1000, on ajoute 1
On a simplement ajouté 1000, puis enlevé ce même nombre.

pascaline

1679 : Binaire

Leibniz, mathématicien philosophe allemand, se passionnait pour le binaire. Même si l'invention du binaire remonte beaucoup plus tôt dans l'histoire, avec notamment le Ying et le Yang.

Le binaire est le langage mathématique des machines informatiques actuelles. En effet, il s'agit d'un état ouvert ou fermé, les deux que l'on utilise pour un transistor (alimenté ou non).

Cliquez ici pour en savoir plus sur le binaire

1791 : Naissance de Charles Babbage

C'est le 26 décembre 1791 que Charles Babbage, précurseur de l'informatique moderne, vit le jour. Héritant d'une fortune après la mort de son père et professeur de mathématique à l'université de Cambridge,, il put assouvir sa curiosité et financer ses projets pour le moins ambitieux. Il pense en effet pouvoir automatiser les calculs longs et fastidieux, évitant des erreurs d'étourderie parfois lourdes en conséquences.

L'histoire retient notamment la machine à différence ( Difference Engine ), qui ne fonctionna hélas jamais correctement, et la machine analytique ( Analytical Engine ), qui était impossible à réaliser à l'époque ( elle aurait demandé plus de 50000 pièces mobiles ! ), malgré les 17 000 livres fournis par le gouvernement anglais. Les principes sont encore d'actualités !

En effet, cette machine devait avoir une mémoire pour stocker les résultats. Elle disposait d'une unité d'entrée et de sortie (représentées aujourd'hui par un clavier et un moniteur), et même d'un mécanisme ancêtre du processeur ! Chaque opération possible avait un symbole. Par contre elle travaillait sur une base 10. De plus, les variables et le programme était séparé. Même si elle ne fut jamais construite du vivant de Charles Babbage, beaucoup ont pris ses travaux en exemple.

Son plus grand malheur, disait-il, était d'être né bien trop tôt, en effet les techniques de l'époque le limitait dans ses créations. Lady Ada Augusta de Lovelace, fille du poète Lord Byron, l'aida dans son travail. L'histoire se souvient d'elle notamment comme étant la première programmeuse. Plus tard, un langage de programmation fut nommé Ada en son hommage.

Charles Babbage

1815 : Naissance de Ada Lovelace

Lady Ada Augusta de Lovelace, fille du poète Lord Byron, fut pour les historiens la première programmeuse. Elle était de natinonalité anglaise pour être née à Londres le 10 décembre 1815. En effet, elle était l'assistante de Charles Babbage.

Charles Babbage lui demande en 1842 de traduire du français en anglais, l'ouvrage du Federico Luigi Menabrea sur la machine analytique. Ada de Lovelace réalise le travail, et rajoute des notes. Elle a écrit notamment une méthode détaillée permettant de calculer, avec la machine de Charles Babbage, les nombres de Bernoulli , ce qui lui permit donc de rentrer dans les personnalités de l'informatique pour avoir écrit le premier algorithme.

Elle déceda le 27 novembre 1852 à Londres. Agée de 36 ans elle était atteinte d'un cancer.

Plus tard, un langage de programmation fut nommé Ada en son hommage. Elle est encore visible sur les produits Microsoft, en effet il y a son image dans leurs hologrammes.

Ada Lovelace

1815 : Georges Boole

Il y a cent quatre-vingt cing ans naissait Georges Boole. Celui qui a ouvert la voie à l'avènement de l'informatique, sans même le savoir !

Mathématicien , logicien et un peu philosophe , Georges Boole est bien le père fondateur de la logique moderne. En créant l'algèbre booléenne, il a réussi là ou leibniz avait échoué : allier en un mème langage mathématiques et symbolisme.

Georges Boole développe une nouvelle forme de logique, à la fois symbolique et mathématique ayant pour but de traduire des idées et des concepts en équations et de leur appliquer certaines lois et ainsi de retraduire le résultat en termes logiques . Il crée alors une algèbre binaire n'acceptant que deux valeurs numériques : 0 et 1. Cette algèbre est définie par la donnée d'un ensemble E ( non vide ) muni de deux lois de composition interne ( le ET et le OU ) satisfaisant à un certain nombre de propriétés ( commutativité, distributivité...)

Des méthodes comme la "table de vérité", tableau permettant de décrire toutes les possibilités de sortie en fonction des entrées, conduisent à définir les opérations que l'on désire réaliser et à transcrire le résultat en une expression algébrique. Grâce à des règles appelées "lois de composition", ces expressions peuvent être simplifiées.

Hors justement, en informatique on utilise les nombres binaires, composés des deux chiffres : 0 et 1. Et l'algèbre de boole permet de représenter grâce à des symboles, un "circuit logique", c'est à dire un circuit qui schématise l'agencement des composants de base (au niveau logique) sans se préoccuper de la réalisation au moyen de transistors (niveau physique).

On lui doit aussi les variables et fonctions logiques ainsi que les portes logiques.

George Boole est mort d'une pneumonie le 8 décembre 1864.

Georges Boole

1833 : Le premier télégraphe

Carl Friedrich Gauss (1777-1855), grand mathématicien, construisit le premier télégraphe. Il pouvait transmettre sur plus d'un kilomètre. Ce télégraphe resta malgré tout primitif.

gauss

1835 : Le morse

Le code morse est inventé par Samuel Finley Breese Morse (1791-1872),et représenté par une suite de tirets et de points symbolisant des chiffres ou des lettres. Ce langage fut par la suite universel. Pour cela, Il persévéra à implanter ses télégraphes simples mais efficaces utilisant le morse.

Le code tel que nous le connaissons aujourd'hui date de 1838. La première ligne utilisant ce code reliait Washington à Baltimore en 1844.

Il est encore utilisé de nos jours, notamment par les radio-amateurs. Ce code présente des avantages : Il ne nécessite pas beaucoup de bande passante, les informations ont très peu de perte et sa mise en place est facile.

1838: Le télégraphe à cadran

Invention du télégraphe en Angleterre grâce aux relais électriques par le physicien Charles Weatslone et l'ingénieur William F. Cook. Le brevet fut déposé le 1er février 1838. La première ligne fut construite en 1939.

1876 : Le téléphone

Graham Bell, américain, déposa le brevet du téléphone en 1876. Le développement du téléphone sera énorme aux Etats Unis (25.000 postes en 1879). Graham fondera la Bell Telephon Company.

1896 : IBM

Un certain Herman Hollerich de nationalité allemande (1860-1929) fonde en 1896 l'entreprise du nom de Tabulating Machine Company. Il venait de remporter le concours du Census Bureau. Il avait créé une machine pour effectuer le recensement. A l'époque cela prennait beaucoup de temps, Herman à permis ainsi d'accélerer le comptage.

Il avait appelé sa machine la Punch Card Tabulating Machine. Elle fonctionnait à l'électricité, mais restait mécanique. Elle détectait des trous sur une carte perforée ( reprise de l'idée du métier à tisser de Jacquart ) et enregistrait alors le résultat en fonction des données précédentes.

En 1914, Thomas J.Watson en devient le directeur et la renomme trois ans plus tard (1917) IBM (International Business Machine). Plus tard, on surnomma cette société Big Blue, en relation avec ses employés tous en costard cravate. C'est IBM qui créa le PC. Avant lui, d'autres avaient sorti des micro-ordinateurs, mais la réputation de la marque fit la différence.

ibm

1937 : Zuse 1

Le Z1 (signifiant Zuse 1) est le premier calculateur mécanique à relais fabriqué par Konrad Zuse en 1937. Il avait au départ le nom de V-1, pour Versuchmodell I, vite abandonné pour éviter les confusions avec les fusées allemandes V-1 (Vergeltungswaffe 1).

Cependant, la machine n'était pas fiable. Konrad Zuse avait fabriqué chaque pièce lui même avec des moyens rudimentaires. Son lieu de travail n'était autre que la chambre de ses parents ! Et pour le financement, la famille aidait comme elle le pouvait l'inventeur, persuadé du bon avenir du projet.

le calculateur Zuse 1 utilisait déjà les nombres binaires pour effectuer les traitements. Il pesait 500 Kg, consommait 1000 Watt, et avait une fréquence de 1 Herz (une opération élémentaire par seconde). Sa mémoire faisait 176 octets (64 mots de 22 bits). Pour le stockage, des pellicules de cinéma 35mm étaient employées.

1942 : Naissance de Gary A. Kildall

C'est en 1942, à Seattle, que Gary A. Kildall nacquit. Il était connu dans le domaine de la micro-informatique vers les années 1970-1980.

Il sera présent lors des débuts d'Intel avec les micro-processeurs. Il dévellopera notamment le PL/M (Program Language/ Microprocessor), simulant un processeur 8008. Se qui permettra d'écrire plus rapidement des programmes pour ce matériel.

Fort de son expérience il développa le CP/M (Control Program for Microcomputers), système d'exploitation le plus populaire à cette époque pour les processeurs Intel. Il créa la compagnie Digital Research pour permettre de vendre son système d'exploitation mais aussi les logiciels correspondants.

Il aurait pu être le remplacant de Microsoft pour les systèmes d'exploitation des Personnals Computers, hélas la légende raconte qu'il préféra faire un tour en avion par un temps idéal au lieux de venir à la rencontre des commerciaux d'IBM.

Il essaya de revenir sur le devant de la scène avec le DR-DOS, un système d'exploitation compatible avec le MS-DOS, mais c'était peine perdue contre le géant Microsoft. Il meurt en 1994 alcoolique et dépressif. Certain diront qu'il s'agissait de la première victime de Bill Gates.

kildall



Rechercher


preference

Génération Virtuelle

Password perdu Inscription Statistiques

News (RSS) Contact Maximiser

preference

Menu rapide

Histoire Informatique Linux Windows Roman

Forum Contact Information

page

WebFTP gratuit




ftp

firefox

Valid XHTML 1.0 Strict

Valid CSS

Valid RSS

Debian

visionfutur.com 2004/2006 -- Les documents présentés sur ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons.
Design & Développement : Appydo -- Version 3 -- Administration
Il y a 2 visiteur(s) présent dont 0 membre(s) identifié(s)
Page executée en 0.17 seconde(s)

Creative Commons License   author   non-commercial   sa